Organic Pasifika
Home of the Pacific Organic and Ethical Trade Community

Welcome to Organic Pasifika - the website of the Organic and Ethical Trade movement of the Pacific Islands.
‘Organic Pasifika’ arose from the belief of our diverse group of stakeholders that our traditional organic farming practices when strengthened, coordinated and shared will meet the changing needs of our region and peoples and carry us forward into the future.
 

Fidji – L’élevage de tilapias, une perspective d’avenir
Saturday, 29 March 2014 10:06

Dans le Pacifique, l’exploitation agricole est généralement considérée comme une activité basée sur les propriétés terriennes. Cependant, dans certains pays, l’aquaculture familiale devient de plus en plus courante. Pour illustrer cette évolution, on peut citer l’exemple de Milito Sausau, 54 ans, de Lobau dans la province de Tailevu (Fidji). Durant ces sept dernières années, il a déplacé les activités principales de son exploitation familiale, orientées initialement sur l’agriculture, vers l’élevage de tilapias.

Milito est taximan à temps partiel, mais sa femme et sa fille, ainsi que ses parents et ses 3 petits-enfants, vivent essentiellement de la petite exploitation agricole familiale. En 2006, ils cultivaient principalement du taro et du manioc. Milito était conscient du fait que les coûts des intrants (les engrais et plus précisément, les herbicides) étaient en hausse, tout comme les sommes dont il avait besoin pour ses cultures. De plus, l’exploitation demandait un travail colossal, puisqu’elle devait être nettoyée 3 ou 4 fois par cycle de culture. C’est alors qu’un agent des pêches lui a parlé de l’élevage de tilapias et qu’il a décidé de tenter le coup.

La famille a commencé avec 2 bassins. Elle a rapidement constaté que l’élevage de tilapias nécessitait beaucoup moins de travail que la culture de racines et n’impliquait pas l’utilisation des produits chimiques dangereux et coûteux auxquels elle avait recours auparavant. Cet avantage était d’une importance particulière pour la famille puisque leur maison se trouvait à proximité des bassins d’aquaculture. Milito plaisante parfois en disant qu’il a travaillé dur pour son exploitation auparavant (parfois le dimanche), mais que maintenant, il peut tenir sa Bible d’une main et nourrir les poissons de l’autre en allant à l’église !

L’entreprise audacieuse s’est avérée rentable et la famille possède maintenant 6 bassins. La demande est considérable et la plupart des produits sont vendus à la ferme. Le surplus de poissons est écoulé au marché de la ville de Nausori. La famille gagne environ 2 500 dollars fidjiens par mois et a vendu 2,8 tonnes de poissons en 2012.

Toute la famille travaille dans l’exploitation : la femme de Milito gère les affaires quand Milito conduit le taxi, tandis que sa fille qui étudie à l’Université du Pacifique Sud se charge de la comptabilité et du volet financier de l’exploitation. Le couple est fier de pouvoir financer les frais de scolarité des 3 petits-enfants et les études universitaires de sa fille grâce à l’élevage de tilapias.

Il va de soi que les défis sont nombreux, comme dans toutes les entreprises agricoles. En effet, l’exploitation se trouve dans une zone inondable, si bien que les prévisions météorologiques sont suivies de près durant la saison des pluies. Paradoxalement, elle dépend aussi entièrement de la pluie : en saison sèche, il faut s’assurer qu’il y a assez d’eau pour remplir les bassins.

Milito et sa famille sont devenus les leaders de l’élevage de tilapias dans leur région. Cette réussite leur a récemment permis de bénéficier d’une aide gouvernementale pour clôturer leurs bassins et construire un nouveau hangar pour le stockage des aliments. Cette aide a encouragé la famille à poursuivre le développement de son exploitation.

Alors que l’exploitation n’est pas encore biologique, il est évident que la filière aquacole biologique représente un potentiel énorme pour les exploitations agricoles familiales de la région. De plus, étant donné qu’il existe déjà des directives pour l’aquaculture biologique avec la Norme océanienne d’agriculture biologique, il suffirait que des agriculteurs comme Milito prennent l’initiative et pilotent le développement de l’industrie biologique dans cette région.

Photo : Milito en plein travail dans ses bassins

Pour plus d’informations, veuillez contacter Karen Mapusua This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it ou Stephen Hazelman This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

_________________________________________________________________________________

La POETCom est l’instance de référence de l’agriculture biologique en Océanie. Son secrétariat est hébergé dans les locaux de la CPS et son financement appuyé par le Projet IACT de l’Union européenne. La philosophie la POETCom se résume ainsi : l’agriculture biologique et le commerce éthique ont un rôle déterminant à jouer pour la pérennisation des cultures et des communautés océaniennes, ainsi que pour l’amélioration des moyens d’existence des agriculteurs, la santé des populations et la préservation de l’environnement dans le Pacifique.

 

Pacific Organics is the key contributor to sustaining our cultures and improving farmer livelihoods, communities, people’s health and the environment in the Pacific.

Organic Pasifika arose from the belief that our traditional organic farming practices when strengthened, coordinated and shared will meet the changing needs of our region and peoples and carrying us forward into the future.