Organic Pasifika
Home of the Pacific Organic and Ethical Trade Community

Welcome to Organic Pasifika - the website of the Organic and Ethical Trade movement of the Pacific Islands.
‘Organic Pasifika’ arose from the belief of our diverse group of stakeholders that our traditional organic farming practices when strengthened, coordinated and shared will meet the changing needs of our region and peoples and carry us forward into the future.
 

Conférence internationale sur les PEID : le mouvement de l’agriculture biologique propose des solutions
Friday, 24 October 2014 00:00
La Communauté océanienne pour l’agriculture biologique et le commerce éthique (POETCom) a collaboré avec  la Fédération internationale des mouvements de l'agriculture biologique (IFOAM) à l’organisation d’une  manifestation parallèle intitulée « Îles bio : rôle et potentiel de l’agriculture biologique dans le développement durable » en marge de la Conférence sur les PEID tenue au Samoa en septembre. L'événement était organisé en coopération avec le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), les autorités samoanes, le Fonds international de développement agricole et l’organisation samoane Women in Business Development, Inc. (WIBDI).

Plus de 160 délégués ont participé à cette manifestation qui avait pour objet de démontrer les avantages possibles de l’agriculture biologique pour la promotion du développement économique durable dans les petits pays insulaires en développement , ainsi que les retombées possibles de divers types de partenariats fondés sur l’agriculture biologique — de l’augmentation du capital social au niveau des collectivités à la croissance économique des pays tout entiers.

Au nombre des orateurs figuraient Andre Leu, président de l’IFOAM, qui a présenté un tour d’horizon du secteur de l’agriculture biologique et de la façon dont elle pourrait contribuer à la lutte contre le changement climatique en réduisant les émissions d’oxydes de carbone, en augmentant le captage et le stockage du carbone atmosphérique et en favorisant la mise en place de systèmes de production résilients tirant parti des avancées des sciences de l’environnement et des savoirs traditionnels en matière d’agriculture. Il a rappelé que le sol constitue le plus important puits de carbone, après les océans, et que l’agriculture biologique pourrait permettre de capter 20 % des gaz à effet de serre, ajoutant que les systèmes de production biologique sont plus résistants à la sécheresse, l’humus étant capable d’absorber 30 fois son poids en eau.

Adimaimalaga Tafunai, Directrice exécutive de WIBDI, a fait état des difficultés qu’il avait fallu surmonter pour permettre aux petits producteurs isolés d’accéder aux marchés internationaux — par exemple,  The Body Shop International —, des enseignements tirés de cette expérience, ainsi que des répercussions de ces avancées sur la pérennité des moyens de subsistance des populations et de la part jouée par la certification et la productions biologiques dans cette réussite.

Le Premier Ministre du Samoa, Tuilaepa Sailele Malielegaoi, fervent partisan de l’agriculture biologique dans le Pacifique, a décrit sa vision du rôle de cette filière dans le développement futur du Samoa et du Pacifique.  Il a parlé des efforts déployés par les autorités samoanes pour promouvoir le développement de l’agriculture biologique, ainsi que de son engagement personnel en faveur de cette forme de production, évoquant les souvenirs qu’il garde de sa jeunesse, lorsqu’il accompagnait son grand-père à la plantation.  

Isikeli Karikarito, Principal du collège de Cicia, aux Fidji, a présenté les résultats de l’étude de cas de l’île de Cicia, première île du Pacifique Sud certifiée biologique en 2013. Il a raconté comment l’adoption de systèmes d’agriculture biologique a permis de renforcer les structures sociales, de mettre en place des réseaux novateurs et de promouvoir l’esprit d’entreprise dans le secteur de l’exportation d’huile vierge de noix de coco. Il a insisté sur les liens qui unissent l’agriculture biologique et la culture et les traditions océaniennes, en soulignant à quel point l’agriculture biologique est valorisante pour les insulaires. Il a parlé du rôle de l’école dans la promotion de cette forme de production, de ses liens avec les activités sportives et la promotion d’un mode de vie sain, et du renforcement des capacités et de la motivation des élèves. Il a déclaré qu’à son avis, l’agriculture biologique devrait être enseignée dès le niveau primaire.

Robert Oliver, chef célèbre et auteur de l’ouvrage « Mea Kai, Taste of the Pacific », a abordé le rôle joué par le tourisme « biologique » dans la promotion d’un développement durable axé sur la lutte contre la perte d’aliments traditionnels, la promotion de la sécurité nutritionnelle et la prévention des maladies non transmissibles. Il a soutenu que le secteur du tourisme peut devenir un moteur de la croissance de la demande pour des aliments sains, organiques et produits localement, et stimuler ainsi la production de ces aliments pour le bénéfice des consommateurs locaux tout en suscitant un regain d’intérêt pour les aliments et les méthodes de cuisson traditionnels.  Il a évoqué ses deux livres de cuisine qui se sont mérités des prix internationaux, ainsi que son émission de télé intitulée « Real Pasifik ».

La société C1 espresso de Christchurch (Nouvelle-Zélande) a également profité de l’occasion offerte par la manifestation parallèle pour lancer une nouvelle gamme de thés organiques. Ces thés, faits d’ingrédients certifiés biologiques provenant du Samoa, fournissent une illustration du rôle important que peut jouer le secteur privé dans la mise en œuvre de partenariats en faveur du développement. Le propriétaire de l’entreprise, Sam Crofsky, a parlé de tout ce qu’il avait fallu apprendre pour faire de ce projet une réalité, ajoutant qu’il n’avait commencé à connaître le succès qu’à partir du moment où il s’était mis à l’écoute des agriculteurs. Les participants ont été invités à goûter aux diverses variétés de thés présentées, et ont été conviés à une collation mettant en vedette des produits faits de farine de fruit à pain biologique et d’autres ingrédients locaux.

Le mouvement de l’agriculture biologique a également retenu l’attention lors d’autres manifestations parallèles de la Conférence sur les PEID. Le partenariat « Îles bio » de la POETCom a été invité à intervenir dans le dialogue multisectoriel portant sur le développement économique durable, et le document final de la Conférence sur les PEID — « Samoa, la Voie à suivre » — rappelant  que la diversité biologique précieuse des PEID et les écoservices qu’elle assure sont en péril, a insisté sur l’importance de soutenir les efforts déployés par les petits États insulaires en développement pour accroître leurs exportations de produits biologiques naturels, d’origine locale et issus de méthodes de production durables. Plus de 50 produits océaniens certifiés bio ont été exposés au Village des PEID, et WIBDI a présenté un assortiment de produits biologiques du Samoa et servi des boissons fouettées à base de fruits et de noix de coco biologiques dans l’aire de restauration du Village.

Les délégués participant à la manifestation parallèle du FIDA ont reçu en cadeau de WIBDI, de l’Association des Producteurs biologiques de Kiribati, du Congrès national de la jeunesse des Tonga et de l’île de Cicia de l’huile de coco vierge biologique. Ceux qui ont participé à la manifestation parallèle du partenariat « Îles bio » ont reçu des sacs de cacao, des produits insectifuges, de l’huile de coco vierge et du savon biologiques fournis par WIBDI. Le mouvement de l’agriculture biologique participait aux manifestations parallèles de la Conférence sur les PEID grâce au soutien financier du FIDA et de l’Union européenne. Il a en outre bénéficié de contributions en nature des participants.
 

Pacific Organics is the key contributor to sustaining our cultures and improving farmer livelihoods, communities, people’s health and the environment in the Pacific.

Organic Pasifika arose from the belief that our traditional organic farming practices when strengthened, coordinated and shared will meet the changing needs of our region and peoples and carrying us forward into the future.